9.1. La thérapeutique initiale

Cette procédure est une véritable thérapeutique. Elle se fait en plusieurs séances sous anesthésie locale. Le praticien utilise des instruments ultrasonics pour se débarrasser des gros dépôts de tartre. Il prend ensuite des curettes de différentes tailles afin d’accéder profondément dans les poches et par « raclage » ou surfaçage radiculaire, élimine les dépôts mous adhérents à la racine et les toxines libérées dans cet espace.

Il s’ensuit un polissage réalisé avec une cupule et une pâte abrasive afin de lisser les parois instrumentées et ainsi de diminuer l’adhérence de la plaque bactérienne.

Ce nettoyage est plus profond qu’un détartrage. Les recherches ont insisté sur le fait que le surfaçage radiculaire diminue les inflammations gingivales, la profondeur des poches et surtout inverse le pourcentage des bactéries vivantes pathogènes en bactéries impliquées dans la santé du parodonte. Tout ceci de façon significative.

En fonction du diagnostic différentiel il est possible que votre parodontiste vous prescrive un ou plusieurs antibiotiques lors de ces séances ou pas du tout dans la plupart des cas.

Pendant ces séances les techniques personnelles d’hygiènes sont enseignées aux patients ainsi que l’utilisation d instruments appropriés.

Ces séances sont essentielles dans le traitement de la maladie parodontales, elles permettent grâce à des actes à sans visibilité (« à l’aveugle ») d’éliminer la cause de la maladie parodontale.

Une réévaluation des résultats est à faire après plusieurs semaines. Elle permet de mesurer les performances du patient en termes de soins journaliers mais surtout d’évaluer les réponses tissulaires, les potentiels de réparations présents dans la bouche de nos patients après éradications des facteurs irritatifs locaux : plaque microbienne, tartre, restaurations débordantes…